16.10.2010

Haut Minervois : Premier Forum des Entreprises

P1030718foirum des entreprises avec molina au micro.JPGLa 1ère édition du Forum des Entreprises du Haut-Minervois, sur le thème « Je veux créer mon entreprise, qui peut m’aider ? » s’achève, et laisse derrière lui une réelle satisfaction pour les élus communautaires et les partenaires institutionnels, financiers, techniques

Avant de déclarer « ouvert » ce Forum , les paroles de bienvenue ont été faites par le maire de Caunes Jacques Molina , suivi par le président de la Communauté des Communes Alain Ginies qui a été étonné par le nombre d’intervenants et du public , puis le président de la Chambre des Métiers Pierre Véra a souligné le partenariat des trois chambres consulaires qui se sont jointes à cette grande initiative

P1030721forum public.JPG Ce vendredi 8 octobre, pas moins de 200 visiteurs en quête d’informations, ont foulé le sol du foyer municipal de Caunes-Minervois, pour cette 1ère édition. La Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Aude et la Communauté de communes du Haut-Minervois en partenariat avec la Chambre de Commerces et de l’Industrie, organisateurs de la manifestation, sont heureux de constater que cette première édition a tenu toutes ses promesses.

 Ce sont au total 22 exposants qui ont répondu présents pour motiver et soutenir les porteurs de projet du Haut-Minervois, et animer cette journée consacrée à la création, reprise, cession d’entreprise.

 Les 5 pôles aménagés : Accompagnement, Coordination des actions, Information, Orientation, Prévisionnel financier, Conseil juridique, Financier ,Fiscaux et le pôle des partenaires financiers, ont permis d’apporter des réponses précises aux porteurs de projet

 Preuve est faite que l’entrepreneuriat est prometteur pour notre territoire et qu’ensemble, nous construirons un avenir dans le Haut-Minervois.

 Pour cette 1ère édition, le Forum d’Entreprise du Haut-Minervois a répondu aux attentes des partenaires et exposants, c’est une réelle satisfaction. La majorité des exposants a exprimé le souhait de reconduire cet événement en 2011, traduisant l’impact positif de cet évènement fédérateur et son importance pour les porteurs de projets

Sur les stands les dépliants ou les diverses informations pouvaient être consultées ; Le guide « Votre projet grandit avec vous » livret ou toutes les étapes pour créer son entreprise ou reprendre une entreprise a été particulièrement choisi par le public.

P1030724le conseil general forum des entreprises.JPG Parmi les professionnels caunois présent il est à noter la participation de monsieur Pastre

 La Communauté des Communes du Haut –Minervois par l’intermédiaire de son président à chaudement remercié tous les partenaires, institutionnels et privés, pour leur participation, en espérant se retrouver lors de la prochaine édition en 2011.

08:27 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

05.09.2010

Le compte n'y est pas

P1030555nicolas vendages 2010 blanc machine a vendanger.JPGLE PRESIDENT DES JEUNES AGRICULTEURS DE L’AUDE NICOLAS ASSEMAT COMMUNIQUE AU SUJET DES VENDANGES 2010

Les vendanges ont démarré dans une grande partie de l’Aude. Le début de la récolte des blanc primeurs laisse apparaître une vendange petite, voir très petite, qui devrait se confirmer sur les rouges dans quelques jours.

 Déjà le printemps 2010 sur le plan prévisionnel les syndicats agricoles annonçaient une sortie »petite » selon les secteurs en moyenne de rendement. Le manque d’eau en période estivale a largement contribué à une petite perspective de récolte en quantité. Ce qui ne va améliorer les trésoreries des Jeunes Agriculteurs et de l’ensemble de la viticulture, déjà mise à mal les années précédentes, et d’autre par la crise profonde que traverse la viticulture méridionale.

 Le président Nicolas Assémat se pose la question suivante : « comment les services de France –Agri-Mer ont ils pu annoncer une prévision de récolte plus grosse qu’elle ne l’est sur le terrain ? ces techniciens devraient se rendre sur le terrain pour examiner l’exacte situation ».

 Pour la troisième année consécutive , l’Aude et la région Languedoc Roussillon devraient affiche historiquement sa plus faible récolte . Il n’est pas possible d’arracher dans cette région environ 10 000 hectares annuellement, avoir des étés caniculaires, des cessations d’activités , des abandons de vigne et pouvoir imaginer avoir des belles récoltes abondantes.

 Malgré tout, la vendage 2010 si elle se présente « petite » est de bonne qualité notamment grâce à la Tramontane qui a joué son rôle « d’assécher »

 Le président continue par un appel à l’ensemble de la profession en discussion avec le Syndicat des Vignerons pour qu’ils ne vendent pas de vin de « table » en dessous de 50€ l’hecto .A ce jour les caves viticoles audoises sont vides , ce qui laisse une porte ouverte aux négociants qui veulent ainsi profiter de cette opportunité. Toute la profession se doit de maintenir un prix de vente correct pour la totalité des viticulteurs. Il en va de même pour les produits comme les « vins Pays d’Oc »et les vins d’appelation , il est temps d’avoir des prix qui couvrent les coûts d’exploitation et qui rémunèrent le dur labeur des exploitants.

P1030544transvasement machine à benne vigne assémat blanc.JPG Un point très important celui de la surveillance : les jeunes agriculteurs sont fortement sur leur garde quant au contrat d’achat de raisins proposé à ce jour par les négociants , ces prix peuvent paraître très tentant , alléchant aujourd’hui , ce qui marque l’évolution du marché du fruits sur pied mais qui a court terme ou moyen terme pourrait être suivie d’une terrible déconvenue, la trésorerie du viticulteur risque d’être encore plus fragilisée

 Après ce constat qui exprime la crainte des Jeunes Agriculteur le président souhaite à tous des bonnes vendanges

 L’activité syndicale continuera après les vendanges pour un bilan plus concret car les J A ne baisseront pas les bras

11:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

06.08.2010

Dernier Samedi Vigneron

P1030180dernier samedi vignerons francisco et des caunois bonne photo article.JPGCe samedi, dernier jour de juillet, avait lieu sur l’Esplanade de l’Europe le second Samedi Vigneron. Cette soirée organisée par l’association Los Tasta Vin proposait de partir à la découverte de six vignerons du Minervois : le Domaine Jean Baptiste Senat, le Domaine des Carmes, le Clos du Marbrier, le château d’Argères, le château Pautard, le Domaine des Homs.

P1030164dernier samedi vigneron irene.JPG En préambule à cette soirée, le président de l’association, Vivien Helmaesdel remerciait les viticulteurs présents, ainsi que la municipalité de Caunes Minervois pour son soutien technique et financier. Il félicitait également le travail effectué par ses bénévoles tout au long de l’année. Le premier magistrat Jacques Molina intervenait pour souhaiter une bonne soirée à toutes et à tous. Au fil des heures, les participants se montraient nombreux à venir s’initier aux plaisirs du vin.

On pouvait noter la présence de Jean-José Francisco, conseiller général du canton de Peyriac Minervois, tres entouré, qui a fait le tour des stands pour féliciter tous les viticulteurs qui se battent pour maintenir la première economie du canton.

P1030166dernier samedi vigneron fougère et son épouse.JPGTous les goûts étaient représentées avec des gammes de vins blancs, rouges, rosés, aromatisés, crémant, jus de raisin… A chaque vin, de précieux conseils étaient distribués par les professionnels du vin.

Pour concilier le plaisir de la dégustation, les bénévoles locaux s’activaient à mettre à la disposition de copieuses assiettes de tapas agrémentées de fromage, jambon, melons, olives.

Pour les plus gourmands, la pizzéria de l’Argent Double avait concocté un poulet basquaise pouvant être savouré sous les mûriers platanes de l’Esplanade de l’Europe.

Jusque tard dans la nuit, les discussions se prolongeaient autour des casitas, avec des vignerons vantant les bienfaits des produits proposés, dans une ambiance musicale et joyeuse.

Pour cette édition 2010, le bilan est satisfaisant. Même si la fréquentation reste sensiblement inférieure à la saison passée, les remontées du public sont très positives avec un engouement pour ce type de manifestation alliant la qualité des produits locaux avec une ambiance musicale

P1030172dernier samedi vigneron Sena de trausse et ses fillest.JPG D’ores et déjà le rendez-vous est pris pour l’année prochaine avec très certainement une IMG_1122[1]second et dernier samedi vigneron.JPGmultitude de nouveautés.

07:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

11.01.2010

La truffe sera-t-elle une des cultures de demain à Caunes ?

truffe_accueil.jpgEn raison de la crise viticole, le paysage de la commune prend un autre aspect.

Les oliveraies commencent à produire, les vergers où l’abricotier reprend ses marques, et maintenant c’est vers la truffe que se tournent les hommes de Caunes.

La truffe, diamant noir, est depuis la nuit des temps le champignon mythique, il fait rêver, saliver, il est l’ « or noir de la gastronomie ».

Dame nature a bien voulu livrer ce trésor, mais comme tout trésor il est rare, alors la culture de ce champignon est maintenant entrée dans les us et coutumes.

Les truffières prennent la place de vignes arrachées, comblant un vide paysager. Les chênes–truffiers sont actuellement plantés dans diverses parties des alentours de Caunes.

La truffe est le fruit du mycélium, classé dans la catégorie des ascomycètes, ses spores sont enfermés dans un sac.

Il existe deux sortes de truffes mais la meilleure est sans nul doute celle du Périgord la Tuber Mélanosporum. La truffe d’été Tuber Aestivum ou truffe blanche a une saveur moins « goûteuse » .

La Tuber Mélanosporum se caractérise par un tubercule irrégulier enveloppé d’une écorce pourvue de mini-pyramides de quatre à six faces, ce qui lui donne l’aspect d’un diamant d’où son appellation de « diamant noir ». Sous cette écorce sa chair ou « gléba » est de couleur noire intense veinée de blanc. La particularité de la truffe est son parfum qui est inoubliable. Sa récolte débute en novembre, mais elle est vraiment au « top » à la mi-janvier jusqu’à la mi-mars. Son poids est variable de 20 à 50 grammes, peu de chercheurs en ont trouvé d’un kilo.

Les terres au sol calcaire, léger, friable sont ses lieux de prédilection, elle est en symbiose avec plusieurs arbres mais sans conteste le chêne a ses préférences, toutefois elle ne dédaigne pas les noisetiers, les noyers ou les prunelliers.

Après la plantations des truffières dix années s’écouleront avant de pouvoir récolter. Les trufficulteurs sont des hommes de secret, ce trésor gastronomique est bien dissimulé, seuls les connaisseurs peuvent détecter là om il se trouve.

Depuis quelques années un marché aux truffes a vu le jour, les amateurs de ce « diamant noir » peuvent et pourront mettre à leur menu une truffe issue des terres caunoises.

07:43 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

05.11.2009

Apres le vin voici la cartagène nouvelle

jean christophe averous et sa cartagène primeure en compagnie d 001.jpgLa dégustation des vins primeurs qui a su attirer nombre de villageois continue dans la découverte de la carthagène primeure au cellier d’un jeune viticulteur caunois : Jean-Christophe Averous.

Jean-Christophe  a repris depuis 1998 le domaine familial après avoir obtenu un BTS Viticulteur à Blanquefort à côté de Bordeaux. Depuis 2006 Jean-Christophe a transformé ce qui était l’ancienne écurie en un caveau rue de l’Eglise où les touristes aiment à déguster les crus du Minervois.

Depuis peu Jean-Christophe affiche des saveurs nouvelles. Pour vaincre la crise il faut innover, alors il propose des « rouges à la mûre» des « rosés au pamplemousse « et les « vins blancs à la lavande » ce dernier est totalement épuisé, victime de son succès. Pour continuer en nouveauté viticole , Jean-Christophe avait invité les Caunois à déguster la carthagène primeure.

C’est donc maintenant un fait établi, ce vin doux vient rejoindre les autres crus du Minervois. Pour mettre au point ce breuvage sucré, moelleux en bouche plusieurs recettes sont connues.

Celle du père Laville relate la recette ancestrale à base de moût de Côte du Rhône, mais les puristes se disputent les données qui font de ce breuvage un délice des papilles.

Les origines de la carthagène pourraient être attribuées à Hannibal le Carthaginois qui fonda en Espagne la Nouvelle Carthage ou Carthagène. De là à affirmer que la carthagène de la région Languedoc-Roussillon tire là ses origines serait peut être présomptueux. Il semblerait toujours selon la tradition qu’au XVIe siècle les femmes des marins de l’invincible Armada préparaient pour leurs époux une boisson qui donnait le courage d’affronter la haute mer, l’ennemi et la solitude. Elles auraient retrouvé la recette dans l’art de faire le vin par les Romains. Cette boisson, "soutien des guerriers", source d’inspiration des poètes, gagna peu à peu les pays de langue d’Oc, où elle s’implanta. A cette époque la carthagène était élaborée à partir de jus de raisins blancs ou rouges, mais cette fabrication demeurait plus ou moins secrète et sa production fut longtemps interdite au profit d’autres vins liquoreux issus du terroir des Charentes.

La carthagène doit pour devenir ce nectar arrêter la fermentation du moût du raisin par l’apport d’eau de vie, dans une proportion d’un quart d’eau de vie pour un litre de moût. Pour Jean-Christophe c’est avec la Fine du Languedoc qu’il empêche la fermentation, et sa carthagène primeure a su séduire les tasteurs caunois, des alentours et les touristes.

Pour ce primeur, Jean-Christophe a seulement 200 bouteilles à proposer à la commercialisation. Pour tout contact téléphonez au : 04 68 78 41 34.

08:32 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

04.11.2009

"Les Grands chemins" découvrent les artistes et les artisans locaux

les grands chemins a caunes toute la journéedu jeudi2009 006.jpgDes 10 h du matin ce jeudi 29 octobre une cinquantaine de visiteurs venus de tout le Minervois ont suivi le parcours où plusieurs haltes étaient prévues.

les grands chemins a caunes toute la journéedu jeudi2009 008.jpgAprès avoir quitté l’abbaye, la responsable de l’office de tourisme racontait l’historique de la place du Monestier dominée par le palais abbatial, puis par le passage de la cour des Sœur, un regard sur la lavoir avec explication sur l’Argent-Double, avant de visiter le chais du Clos du Marbrier où une mise en bouteille attendait les amateurs de bon cru.

De la rue des Remparts jusqu’à la maison de Natacha et Dean D’Headene, qui viennent d’être sélectionnés dans le cadre des chambres d’hôtes par le guide Logeren Bij Belgen où une exposition sur la calligraphie était mise en place.

Un peu plus loin, l’atelier de Lionel Postal. Pour les Grands Chemins ce maître potier avait donné à toute sa collection une teinte rouge rappelant le thème de l’animation le « vin ».

C’est à travers les ruelles médiévales, que les Caunois d’un jour ont pu admirer les hôtels Renaissance dont celui de Jean d’Alibert qui en est le fer de lance. La petite Fontaine, la place de la République avec sa fontaine en marbre rouge qui s’est bien intégrée dans le patrimoine historique du village, puis l’itinéraire passait aussi par la Grande Fontaine avant de rejoindre « La Marbrerie » avec la sculpture de Guy Perrin La main vigneronne en marbre les grands chemins a caunes toute la journéedu jeudi2009 009.jpgturquin de Villerembert. Ces trois réalisations ont donné un bel aperçu de la beauté du marbre.

Retour par la magnifique esplanade de l’Europe pour découvrir l’histoire de l’abbaye, de son origine jusqu’à nos jours, puis ce fut la phase finale celle qui a réuni les touristes dans le cloître mauriste une dégustation offerte par la jeune viticultrice Irène Prioton sous l’étiquette du Clos du Marbrier.

les grands chemins a caunes toute la journéedu jeudi2009 017.jpgles grands chemins a caunes toute la journéedu jeudi2009 015.jpgDurant deux heures Caunes a livré son patrimoine, sa richesse culturelle, sa gastronomie pour le plus grand plaisir des visiteurs qui ont promis fins gourmets de revenir.

09:31 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

30.10.2009

C'était la quatorzième fête de la châtaigne à Castans

fete de la chataigne a castans 003.jpg

Castans, village perché de la Montagne noire a, depuis quatorze ans, mis à l'honneur la châtaigne. Beaucoup d'entêtement, d'obstination ont été nécessaires pour donner au fruit du châtaignier une place prépondérante pour le futur et le maintien de la population dans cette partie du Minervois. La municipalité a "fait" le forcing et a su mettre à profit les "emplois" jeunes. Avec Adrien Lapeyre c'est le pastoralisme, le voici berger avec son troupeau de brebis.

fete de la chataigne a castans 007.jpgLes châtaigneraies qui périclitaient depuis des dizaines d'années, ont fait l'objet d'attention, un nouvel arrivant, Roland Bonnal, soutenu par l'équipe municipale, a monté un projet où châtaigniers et châtaignes font leur rentrée à nouveau dans la vie du village.

Une autre activité va prochainement s'ouvrir à Castans : un élevage de caprins, en vue de faire des fromages. Johanna Martinez est actuellement en formation au lycée Charlemagne. La fête de la châtaigne a ouvert des horizons, créé un esprit d'installation en zone rurale, c'est un peu la récompense de tous les habitants du village. Constitué de plusieurs hameaux, le village est entouré de cette belle forêt où le châtaignier, en cette saison, avec des couleurs or ocrées devient le "soleil" des bois.   

fete de la chataigne a castans 005.jpgDu salé au sucré.

fete de la chataigne a castans 009.jpgSur les étals, des kilos de châtaignes, espèce dite "Olargues" mais pousse sur le sol de Castans, ce qui lui confère une douceur sucrée très appréciée. La châtaigne, produit naturel, offre toute une déclinaison de conditionnements, de préparations variées : la farine, sans gluten, farine qui entre dans la polenta ou le millas, la crème de marrons, la confiture de châtaignes, les marrons glacés, et que dire de la soupe à la châtaigne et de son accompagnement dans les plats les plus raffinés, d'ailleurs les grands chefs l'ont adoptée dans leur cuisine.

La châtaigne a été l'aliment de base, pour l'homme comme pour l'animal, tantôt dessert, tantôt plat principal. Castans montre sa reconnaissance à cet arbre "à pain" avec la mise en place d'une manifestation où la châtaigne est reine. La présence des élus confirme leur attachement à cette fête. Tous ont visité les stands, ont savouré les marrons grillés, siroté le petit "baladin" (kir au sureau et vin blanc ou rouge), dégusté les crus du château Pautard (le tout avec modération), avant de prendre place autour de la table pour apprécier l'agneau grillé et les desserts à la châtaigne. Le beau temps étant de la partie, nombre d'amateurs venus de la plaine ont assisté à ces ripailles castanoises.

fete de la chataigne a castans 012.jpgfete de la chataigne a castans 011.jpg

07:23 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |