21.08.2010

La route des Pyrénées passe par Caunes

cols Pyrenees1.jpgL’aventure de deux américaines. Nous venons de rentrer a Caunes suite à une randonnée 850 km le long du GR 10, le Sentier des Pyrénées. Ceci a été l’aventure de notre vie

 Imaginez suivre un chemin jalonné de petites bandes blanche et rouge et cela depuis Hendaye sur l'océan Atlantique à Banyuls sur Mer sur la Méditerranée. De plus, celui-ci changeait souvent de personnalité : parfois c’était un chemin agréable, d'autres fois il était jonché de rochers qui ne pouvait être traversé qu’à quatre pattes. Parfois la piste était pastorale avec de vertes prairies remplies de fleurs sauvages de toutes sortes, mais d'autres fois nous devions escalader des rochers à pic et puis soudain le sentier devait se faire avec de la boue jusqu'aux chevilles sur un kilomètre ou plus;

 cols Pyrenees2.jpgchaque jour avait ses propres défis à relever. Le temps fut variable la plus grande partie du chemin. Il y avait des moments où même le ciel entrait en colère par une pluie forte qui giflait nos visages. Nous étions alors contraintes de nous réfugier rapidement là où nous étions. Mais d'autres fois heureusement, le ciel était d’un bleu lumineux comme jamais nous n’avons pu l’observer.

Souvent cependant, le chemin était recouvert le matin d’un brouillard dense mais au fil des heures nous avions la chance ensuite de recevoir en cadeau une belle journée ensoleillée. Les jours ne se ressemblant pas, en particulier lorsque la brume s'installait longuement , à tel point qu’il devenait impossible de voir sa main devant son visage. Ces jours là nous sommes sorties la boussole à la main en marchant lentement, toujours en quête des bandes blanches et rouges, avec nos fusées de sauvetage

cols Pyrenees3.jpg Les jours de grand froid avec de l’humidité nous portions plusieurs couches de vêtements mais d'autres jours ont été si chauds que notre peau brûlait sous un soleil implacable. De l'Atlantique aux vertes collines s'éleva bientôt La Rhune ,900m) Nous avons continué à travers les pâturages accidentés du Pays Basque où les vaches, les moutons, les chèvres et les chevaux basques, les Pottioks, ont été nos compagnons durant ces journées de randonnées.

 Le dixième jour restera inoubliable pour nous, car nous étions arrivées dans une contrée très élevée aux paysages spectaculaires, aux sommets calcaires recouverts d’un blanc manteau neigeux. Nous avions eu jusqu’ici que de la pluie, et enfin ce jour béni nous avons reçu comme un don du ciel ce tout premier ciel bleu tant espéré depuis notre départ d’Hendaye,qui nous avait tant manqué, nous permettant ainsi de profiter de cette vue si spectaculaire du Pic d'Anie2504m

 Le GR 10 suit le célèbre Chemin de la Mature, qui a été achevée en 1772 par la marine française dans le but d’amener les troncs d’arbres dans le ravin pour la construction des navires en bois. Ce sentier a été littéralement façonné dans la paroi rocheuse avec un surplomb d'un côté et d’une falaise à pic de l'autre.

 Comme si ce jour n’était pas assez passionnant, nous avons grimpé le col d'Ayous ,2185m, et passé la nuit dans un refuge du CAF sur le Lac de Bious-Artigues avec une vue imprenable sur le Pic du Midi d'Ossau ,2884m, et son reflet dans le lac.

cols Pyrenees4.jpg Une autre journée très excitante, beaucoup plus tard dans notre randonnée des cols, fut notre arrivée au col del Pal ,2294m, où nous apercevions Le Canigou dans le lointain. C'est alors que nous avons réalisé que nous étions presque à la maison. Nous avions vu la neige sur la face des pics, tous ces torrents impressionnants, ces cascades spectaculaires et ces lacs de montagne bleu-vert comme récompense. Nous avons vu des marmottes sympathiques, et tous ces écureuils, ces aigles et ces vautours, quelques serpents et enfin l'isard insaisissable.

 Nous avons porté notre sac à dos pesant allégrement les 15 kg et dans lequel nous avions une tente, un sac de couchage, des tapis, des vêtements de rechange, des articles de toilette, un camping gaz, de la nourriture pour trois jours et enfin deux litres d'eau

 Il ne fut pas très agréable de camper durant notre aventure surtout en raison des conditions météorologiques et de la configuration du terrain. Lorsque nous ne pouvions pas utiliser notre tente nous passions la nuit dans un refuge ou dans un gîte d'étape. Nous avons traversé cinq départements, parcouru plus de 40.000 mètres d’ascension et de descentes et supporté les caprices de la météo.

 Nous avons vu quelques-uns des paysages les plus magnifiques sur terre et cela a changé nos vies. »

 Habitantes à Caunes depuis plusieurs années, ces deux « grimpeuses » très sportives, ont participé au marathon de Grèce il y a deux ans, elles font du jogging presque chaque jour autour de Caunes , bel manière de se fortifier les muscles, peut-être pour un prochain parcours côté des Pyrénées espagnoles .

17:12 Publié dans aventure | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |