15.06.2010

Nicolas Assemat et Angélique presente leur cuvée "la Villa des Carmes" lors du programme printemps été 2010

P1020385NICOLAS ET ANGELIQUE DEVANT PANNEAU BONNE PHOTO.JPGDans le cadre du programme printemps- été 2010 mis en place par l’association Marbres en Minervois , Nicolas Assémat et Angélique organise le Samedi 19 juin à partir de 17h une soirée dégustation accompagnée de mise en bouche.

 Déjà l’an passé le jeune couple avait ouvert une boutique ou les produits viticoles et du terroir s’alignaient sur les étagères.

Pour cet anniversaire ils ont décidé en partenariat avec l’association Marbres en Minervois de « fêter » l’évènement avec les sculptures d’Olivier Delobel

 Le côté culturel a été une des priorités du couple qui désirent unir le marbre et le vin dans un but de développement économique et touristique.

P1020383NICOLAS ET ANGELIQUE BOUTIQUE PHOTO BLOG.JPG Olivier Delobel qui est il ? – c’est un sculpteur français né à Soyaux en 1972 . Après des études scientifiques , il s’est dirigé en 1994 vers l’histoire de l’art qu’il a étudié à Toulouse le Mirail . La pierre a été son premier apprentissage , mais cela ne lui convenait pas . Olivier est parti vers Carrare pour apprendre la sculpture sur marbre , pour gérer au mieux ce matériau qui demande force et finesse. L’ Italie a été une aide importante pour l’aider à affiner ses goûts. Sa première commande lui a laissé un souvenir impérissable : le buste de Charles Trenet commandé par sa ville Narbonne a révélé un talent prometteur. Bien connu des Caunois Olivier a été l’un des lauréats du trophée incarnat et son oeuvre « le sanglier » est visible dans le hall du conseil général de l’Aude.

 Pour cette soirée , les visiteurs pourront discuter avec cet artiste dans un cadre frais , ombragé avec en fond sonore le chant de l’Argent-Double. NicolasAssemat  et Angélique au cours de cette première année ont mis les bouchées double , ils présenteront au cours cette animation culturelle et gourmande « la cuvée Villa des Carmes « ainsi que « l’huile d’Olive des Carmes «

 La cuvée « Villa des Carmes » est un rouge issu de la Syrah et du grenache , cépages qui sont implantés sur les contrefort de la Montagne Noire

 C’ est un vin agréable en bouche , souple et boisé , qui accompagnera le repas de l’entrée au dessert. Entrée gratuite pour tous , ne ratez pas ce rendez-vous ou le plaisir des yeux et des papilles figure au programme.

 Contact au : 06 32 95 70 19 . Adresse du caveau : Route de Citou à Caunes -Minervois

13.06.2010

Les Lundis du terroir

P1020182apero jardin cinema irene servant vin a des anglais bonne pho.JPGLe club de la table et du vin de l’Aude organise à La Marbrerie des « Repas Dégustation » qui seront commentés à partir du Lundi 14 juin jusqu’au 13 septembre 2010à partir de 19h.

 Prix du repas : 20€.

 Avec une dégustation des crus du Clos du Marbrier d’Irène Prioton

 Le menu est composé de : Fréginat, fricassée de porc, accompagné d’un duo de riz de l’étang de Marseillette

 Ecusson,fromage de chèvre,

 Garriguet ,gâteau du pays cathare, accompagné d’un crème de thym.

 Les vins rosé, rouge fruité, grenache et jus de raisins du Clos du Marbrier, 2 verres accompagneront le repas

 Renseignements : table du terroir La Marbrerie au : 04 68 79 28 74 ou robertpeccolo@wanadoo.fr

 Le Clos du Marbrier au 06 85 91 27 57

07.06.2010

Second apero au jardin

P1020185apero jardin irene srnant vin 23 mai blog.JPGL’apéro au jardin continue sur sa lancée en mettant à son programme la variété avec le groupe « La Mal Coiffée » ce vendredi 27 mai.

 La diversité des animations proposées par la viticultrice du Domaine Le Clos du Marbrier Irène Prioton a fidélisé les amateurs de bons crus issus du Minervois. Cette partie de l’Aude jouit un climat et d’un sol adapté pour offrir aux « tasteurs » des vins qui parfument, enchantent les papilles et qui laissent en bouche un petit goût de « revenez-y « mais avec modération cela va de soit.

P1020224 apero jardin avec la malecoiffée.JPG La soirée chansons française avec La Mal Coiffée, ainsi nommée avec pour référence l’mage d’une bonne femme qui comme dans la chanson d’Aznavour « se laisse aller » mais qui sait chanter y compris dans la langue occitane. Les artistes qui ont pris ce nom ont eu un regard de tendresse pour cette femme qui n’intéresse plus personne, mais qui par le biais de ce regard est entrain de reprendre vie, il en est de même pour leur répertoire, les artistes « remettent « au goût du jour les airs oubliés, elles les rendent plus glamour, et le public applaudit la prestation de ces cinq « bonnes femmes » qui ont un caractère bien trempé

 Leur devise pourrait être « l’habit ne fait pas le moine » qu’importe l’habit leur talent est là, et ce second apéro jardin a connu la frénésie des applaudissements.

14.03.2010

Soirée Rugby au café de la Grande Fontaine

P1010495.JPGLe tournoi des six nations de rugby verra le Dimanche 14 Mars à partir de 15h 30 au programme du petit écran:France -Italie à 15h30.

 Pour fêter cette rencontre France –Italie , Daniel , Armand , Christophe proposent aux supporters du rugby deux soirée à thème liées   aux deux rencontres:

 France contre l’Italie et France contre l’Angleterre.

 Pour cela ils ont concocté une gastronomie liée à ces grands évènements sportifs.

 Au menu du dimanche 14 mars, midi et soir,les amateurs de rugby pourront savourer :assiette de cochonnaille , fréginat , haricot blanc , pâtisserie maison , avant de regarder la rencontre .

 Le samedi 20 mars toujours pour le midi et le soir les trois compères vous proposent une : piperade cansalade , tête de veau gribiche , pâtisserie maison afin d’être fin prêt pour soutenir l’équipe de France qui livrera « bataille » contre l’Angleterre

Les réservations pour ces deux soirées festives , gourmandes et sportives au 04 68 78 00 63 .

09.03.2010

Le haggis plat ecossais a régalé les gourmets

P1010473modifier.JPGLa soirée « whisky et cuisine écossaise » a connu un franc succès.

Ils étaient 26 gourmets a prendre place autour de la vaste table de La Marbrerie de Robert et Christine Peccolo.

P1010467.JPGPour ce repas issu de la tradition écossaise, deux chefs cuistots : John Dunderdale et Mark Elders. Tous les deux sont professeurs d’anglais, mais Mark est un audois d’adoption, il a posé ses pénates à Castelnaudary, et c’est un amateur du célèbre cassoulet de cette ville audoise.

Bien que résidant en France la tradition du haggis a été honoré à Caunes par ces deux Ecossais qui ont expliqué le pourquoi de ce repas : « Depuis 200 ans en Ecosse on se réunit en famille ou entre amis pour célébrer le « souper de Burns » ceci en l’honneur du célèbre poète Robert Burns ; cette fête se doit d’être joyeuse accompagnée par les cornemuses ».

Cette partie de ce souper souvenir a été respectée , les cornemuses ont bercé ce dîner ainsi que le whisky. Le plat principal le haggis qui est composé de fressure de mouton, foie, cœur, poumons, de rognons, d’oignons et de farine d’avoine, doit cuire de trois à quatre heures avant d’être servi accompagné de purée de rutabaga et de pommes de terre.

Pour que la fête soit complète un hommage doit être rendu à Robert Burns et un toast doit être prononcé en l’honneur des dames. Ce poète écossais a écrit entre autre dans sa tendre jeunesse Ma belle Nell qui est une ode aux autres sujets qui ont dominé sa vie : l’Ecosse et les femmes.

P1010471 modifier apeo pech francisco.JPGC’est ainsi que ce repas typiquement écossais s’est déroulé, entre les trois whisky obligatoires, la musique jouée par les cornemuses, puis pour clore ce souper Burns, le chant entonné mais plutôt écouté : Auld lang syn qui est en français : « ce n’est qu’un au revoir mes frères » belle manière de se donner rendez vous pour l’an prochain

P1010475.JPGQuestionnés des convives ont bien voulu donner leur appréciation. Laurent Lounnas : « Le haggis est excellent d’ailleurs j’en ai repris deux fois.» Passons aux dames. Dominique Lucon : « C’est très bon bien relevé » , Thérèse Francisco : « Bon , mais pour le soir un peu trop copieux ». Tous ont félicité les deux « chefs écossais » en levant leur verre en hommage à Robert Burns un poète comme on les aime !P1010476 lounnas bonne photo modifier.JPG

23.02.2010

Les soirées whisky à la Marbrerie continuent

P1010398christine et robert peccolo la marbrerie.JPGLa seconde soirée dégustation whisky –repas sera placée sous le signe de la cuisine écossaise, organisée par Robert et Christine Peccolo est prévue pour le vendredi 05 mars 2010.

Au menu assiette nordique, le traditionnel haggis écossais, accompagné d’une purée de pommes de terre et de navets, un crumble écossais en dessert. La dégustation est pour tout public le prix de ce repas dégustation est de 30€, renseignements et réservations à la Marbrerie au 04 68 79 28 74 ou par mail : robertpeccolo@wanaddoo.

Histoire du haggis. Par sa conception le haggis est proche des familles culinaires des saucisses. La première trace écrite d’un plat proche du haggis remonte à Homère qui dans son récit de l’Odyssée relate « tel un homme qui sur le feu ardent tourne en tout sens un ventre bien rempli de graisse et de sang, qu’il a hâte de voir grillé ». De plus l’historienne culinaire Clarissa Dickson–Wright parle de cette recette qui serait inventée par les chasseurs afin de cuisiner rapidement sans avoir besoin de récipient.

Une autre théorie est aussi peut être plus proche de la réalité : les hommes qui devaient conduire leurs bêtes jusqu’à Edimbourg pour la vente, leurs femmes préparaient des rations de voyage, la préparation achevée elle l’emballait dans un estomac de brebis. Le haggis fut aussi très populaire au XVIIIe siècle dans la cuisine anglaise.

Il existe de nombreuse recettes mais en général il se compose d’abats de mouton, d’oignon, d’avoine, de saindoux, d’épices et de sel. Des variantes sont apparues le porc, le bœuf plus ou moins épicés, mais il existe aussi un haggis végétarien où avoine, blé et des lentilles remplacent les viandes. Depuis la cuisine écossaise s’est adaptée aux goûts des consommateurs actuels, ils seront certainement séduits par ce plat venu des fonds des âges qui est maintenant un véritable monument culinaire européen.

Selon les connaisseurs : « Il n’y a rien de meilleur que l’authentique haggis écossais, servi avec sa purée de pommes de terre et de navets, ils vous invitent à tenter l’aventure et vous serez agréablement surpris. »

02.02.2010

Le whisky à l'honneur lors d'une soirée à la Marbrerie

P1010211susan et son collègue la marbrerie soiree wisky.JPGLa soirée du mercredi 27 janvier était placée sous le signe du produit phare de l’Ecosse : le whisky.

Pour informer et animer cette soirée dînatoire autour des différents whisky, Susan Colville, fille d’un distillateur, et Christophe Taberner, directeur commercial de l’importateur Wemynss Vintage, ont commenté les whisky qui ont accompagné le repas de l’entrée au dessert.

C’est une vingtaine de curieux gourmets qui ont pris place autour des tables pour siroter cette boisson qui a su leur révéler les différentes régions de ce pays européen.

Pour Caunes, Susan et Christophe ont proposé des whiskys issus de l’île d’Islay, de Speyside et d’autres terroirs des Highlands.

Ce sont  8 crus tous aux saveurs, odeurs différentes qui ont été tastés. Selon la région les whisky épousent les parfums plus au mois « fumés » d’autres plus douces comme « corbeille de fruits secs » bref c’est tout un éventail de saveurs, de couleurs qui ont enchanté les papilles des gourmets.

 L’Ecosse est le pays phare de ce produit, son origine remonte à l’Egypte ancienne où cette technique de distillation était principalement utilisée dans l’art de la parfumerie.

Les premières traces d’orge distillée date du XIIe siècle, à cette époque le whisky était utilisé pour ses qualités thérapeutiques autant sous forme de boisson que d’onguent.

L’origine de son appellation serait liée a la langue celte, nommé « Uisge Beata » qui signifie « eau-de-vie » en celte. Puis ce nom a évolué pour devenir « Usquebaugh » puis « Uisge « et enfin P1010209soiree wisky la marbrerie.JPGwhisky. Sa production d’abord très rurale devint intéressante pour Charles 1er qui se dit qu'il y avait là beaucoup d’argent à gagner. Le droit de distiller devenait ressource financière. Entre contrebande et distillerie officielle beaucoup d’histoires, mais tout rentrera dans l’ordre à la fin du XIXe siècle.

Le développement des ventes de ce produit est intiment lié au malheur qui a frappé les vignobles français avec l’arrivée du phylloxéra. Les amateurs d’eau-de-vie se sont alors tournés vers le whisky. Depuis la concurrence entre le cognac ou l’armagnac bat son plein, mais chacun de ces alcools a ses inconditionnels et ses puristes.

Pour se mettre au goût des consommateurs le whisky subit plusieurs étapes qui lui confère sa spécificité, il sort blanc de l’alambic et c’est dans des tonneaux d’occasion qu’il prendra après plusieurs mois couleurs et arômes. La mise en bouteille est la dernière opération, une fois dans sa bouteille l’alcool ne vieillit plus, ainsi un whisky qui a 12 ans d’âge qui demeure 12 ans dans sa bouteille reste un 12 ans d’âge

Dans la composition du whisky entre l’orge malté qui par son séchage sur lit de tourbe lui donne un arôme plus ou moins « fumé », les tonneaux où il vieillit apportent les parfums de fruits, de vanille selon leur texture.

C’est ce que les tasteurs caunois plus cinq Anglais ont découvert au cours de cette soirée « whisky » qui les a fait voyager au pays des Highlanders.