29.03.2015

Découverte d'une carrière de marbre industrielle à Caunes-Minervois

035 visite carrière massoud.jpg

Le marbre de Caunes reprend des  »couleurs«  avec la visite de la carrière située à Villerembert , terroir de Caunes. Mercredi 25 Mars ,des visiteurs de Castre ont franchi le seuil de cette carrière avec pour guide l'exploitant Khalid Massoud.

Le début de la visite de cette carrière industrielle a été le regard vers un bloc de marbre   »rouge antique«  retrouvé comme d'autres dans la garrigue avoisinante. Khalid Massoud a souligné :   la première trace d'extraction date des Romains »depuis ce lieu a vécu par intermittence.

Au 17 eme siècle, un puissant renouveau va faire de carrière le lieu de travail pour des ouvriers qualifiés qui vont  être payés en fonction de leur qualification.

036 (2)visite carrière marbre massoud.jpg

Ce bloc rouge a été extrait puis taillé par deux ouvriers durant 3 semaines. Actuellement cette carrière est dite « écologiste » , avec un traitement  100%de la masse et valorisation des couches supérieures

Actuellement  Khalid  travaille sur deux continents phares: Les Emirats arabes, l'Asie , l'Inde qui ont de grands projets de constructions et Afrique du Nord.

Le transport au 17 eme siècle  voyait le marbre partir en charrette jusqu'à Narbonne, ou il embarquait sur des bateaux militaires en direction de Gibraltar, remontait  jusqu'au port  du Havre, en direction de Rouen  via Paris puis en .charrette à Versailles;

Long périple , autant pour les hommes que pour les bêtes de somme. Le canal du Midi va donner des « ailes » au marbre , ce dernier prenait le canal avec un système de radeau , qui était formé de rondins de bois attachés entre eux par des cordes qui supportaient la charge et malgré ces étranges bouées, les blocs flottaient au- dessous de l'eau.

Le tractage des ces  blocs  étaient réalisés à l'aide de chevaux ou de bœufs.C'était la belle époque du marbre.

Depuis un silence , puis enfin le renouveau au 21e siècle après l'exploitation manuelle, place aux machines, le cable de diamant et des haveuses  qui tranchent la roche jusqu'à 4 mètres de profondeur découvrant un filon qui se caractérise de plusieurs couleurs :

le rouge turquin, turquin aux veines bleues, le rouge incarnat, le rouge turquin, le rouge antique, le rouge griotte et l'incarnat aux veines bleues. La saison touristique débute , timidement, mais les 25 Tarnais ont pu admirer la richesse de cette terre nouricière qui donne sans compter ce beau matériau qui fait les beaux  jours de Versailles.

Pour visiter ce site ou 200 personnes peuvent prendre place , visiter ensuite l'abbaye, le village ,  déjeuner  il suffit de contacter : 06 80 96 22 26 

 

 

Les commentaires sont fermés.