29.06.2014

Les écoliers de Caunes et de Villeneuve face à la tragédie de Trassanel

008.JPG


Pour clore les années scolaires passées dans leur village  respectif, ils étaient une bonne soixantaine d'écoliers du CM2 a prendre le « sentier des maquisards » à Cabrespine. L'arrivée en car les futurs collégiens bien encadrés par leurs institutrice , assistées par le maire de Caunes Denis Adivéze et deux de ses adjoints , du conseiller général Alain Giniés  c'est sous la houlette du guide M.Boulou que tous ont « mis leurs pas  dans ceux qui luttaient pour la libération de leur pays »

017.JPG

Le sentier en cette période estivale sent bon la garrigue, la beauté de la nature est exceptionnelle , certainement que les  maquisards ont « humé » ces odeurs typiques de « chez-nous ». Peut-être parlez t'ils de leur retours chez-eux, ou de leur faim, de leur peur mais plus discrètement car ces hommes avaient du courage « à revendre »

 

018.JPG

Pour se protéger ils ont franchi plusieurs kilomètres caillouteux bordés de vignes , pour rejoindre ce qu'il pensait être un moment de repos. Les enfants ont refait ce chemin , ils ont vu la cabane de vigne ou Armagnac , le chef du Maquis, a rendu l ' âme , tout seul mais sur « sa terre de France ».L'arrivée devant la grotte ou le massacre a eu lieu  a réellement impressionné les élèves, l'émotion tait palpable .Deux Caunois ont été massacrés là : Arnaud , dont le corps tellement mutilé  , nul n'a osé le faire voir à sa mère et Perez , tous deux reposent au cimetière de Caunes. Deux exemples touchants pour les écoliers

 

020.JPG

La dernière étape pour les survivants  fut sans doute un instant de survie ,  l'espoir d'être  considérer comme des prisonnier ils l'avaient tous, mais  l'armée d'occupation avait d'autres projets pour eux .Après  avoir bu à l'abreuvoir du village , ils ont grimpé dans un camion. L'espoir de  rejoindre Carcassonne via la prison devait être dans tous les esprits, hélas à quelques centaines de mètres du village l'ordre de descendre du véhicule fut donné , l'heure des mitraillettes était venue , ils furent « tirés comme des lapins ». Les écoliers devant un tel événement ont été stupéfaits , l'un d' entre eux a déclare«  il faut être fou pour de tels actes , j'espère que cela ne se fera plus jamais, les hommes intéligents ne font pas ça »!

016.JPG

Après ce retour vers ces années terribles place était donnée au réconfort , boisons fraîches et petits gâteaux ont redonné le sourire à tous enfants et adultes.

021.JPG

Les commentaires sont fermés.