27.02.2014

Le cinéma un outil pour la mémoire

 

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 005.JPG


L'EPAHD  Los  Ainats    à Caunes -Minervois se veut à la pointe du progrés concernant les activités qui  ravivent , stimulent les souvenirs. L'animatrice Isabelle Gens-Journet  a mis en place des animations liées à la mémoire.

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 001.JPG

Pour cela deux films ont été retenus: Le journal d' Anne Frank et Le jour le plus long. Deux repères de la mémoire vécus par lé génération du 20eme siècle . Lors de la matinée « cinéma » ils étaient une vingtaine à revoir par le biais des images les moments forts de leur jeunesse. Les camps de concentrations , la douleur des arrestations , la perte  soit de leur famille soit des voisins et même d'inconnus ont soudain rejaillis de leur mémoire.

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 002.JPG

Deux films ou la souffrance de ceux qui se cachaient , juifs, résistants, ont été mises à jour. Pour clore cette partie du « souvenir » lors du film « le jour le plus long » ils étaient trois à raconter ce qu'ils avaient vécus:

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 004.JPG

Henriette Vidal, nom de jeune -fille Pech, elle avait 18 ans  , le rationnement elle l'a bien connu et Henriette raconte«  nous avions besoin de tout, de nourriture, car même en travaillant on ne trouvait pas de quoi se sustenter correctement ». 

Georges Bigou ( âgé alors de 19 ans entré dans les commando anglais, cousin de Louisette Dormière) nous avions peur de tout , de nos amis, de nos voisins, c'était terrible.  Pour confirmer cette peur Henriette Vidal de La Redorte parle avec émotion de l'arrestation de la fille du pharmacien Madeleine Ribaud qui fut arrêtée au milieu du « vieux pont » de Carcassonne

 

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 005.JPG

Parmi les spectateurs l'arrière petite -fille d' Hugues Velsco Marion Farinacci a parlé avec émotion de la déportation de ce membre important de sa famille , elle précise «  il y avait à cette période beaucoup de délation ».Le mot d'ordre était «  silence »on se méfiait de tout«  ceci en dit long  sur les mentalités de l'époque.

La peur, la faim poussait certain à  »monter dans les trains munis de valises pour acheter de la nourriture dans les départements voisins«  d'autres travaillant avaient pour salaire des œufs, de la farine, du lait de la viande etc.. Les deux films ont joué leur rôle faire rejaillir de leur mémoire des actions , des noms en cela le cinéma est un outil a continuer de mettre en place.

Tous remercient Isabelle Gens -Journet de ces animations.
 

Les commentaires sont fermés.