29.01.2013

Des photos et une conférence sur Alhzeimer à Félines

alhzeier felines 003.JPG


Présentation faite par les élues locales Anne Cabrié et  Eliane Galtier qui ont vivement remercié le choix de Félines pour mieux comprendre ce « fléau » ainsi que l'idée d' exposer les 50 photos en noir et blanc aux cimaises du Cellier  devenu cadre des expositions.

alhzeier felines 007.JPG

Puis Madame Taillandier accompagnée du docteur de Lézignan Rémi Pénavaire et des membres de l'association Alzheimer , un autre regard  a débuté cette  en laissant la place à deux témoignages poignants : celui de Danièle Gastou, et de Jeanne Sabineu. 

alhzeier felines 011.JPG

Pour la première intervenante, en tant que fille, il lui a fallu beaucoup de temps pour accepter le déclin de sa maman. Culpabilité, chagrin, mais aussi l'accompagnement, l'acceptation de cette terrible maladie dégénérative. Danièle a aussi commenté les problèmes familiaux, pour elle  et son papa, le souci de le savoir seul avec une maman devenue quasiment une étrangère. Chemin douloureux, mais qui est à ce jour plus « doux » avec le soutien des personnels qualifiés et du réconfort de ces derniers.

 

alhzeier felines 013.JPG

Le second témoignage a été donné par Jeanne Sabrineu, son mari a débuté la maladie à 68 ans, toujours actif, toujours sur sur les chemins, mais précisa-t-elle «  il ne s' est jamais perdu ». Son hyper activité, ses colères, l'ont tenu toujours éveillée, aussi la fatigue, le manque de sommeil, les soucis l'ont poussée à prendre cette décision que tous redoutent « le placer ». Après un séjour peu positif, une place se dégagent dans un centre plus adapté, Jeanne vit mieux cette situation, malgré l'avancée de la maladie. Toutefois son époux la reconnaît  ainsi que son fils, elle conclut avec ces mots «  l'affectif persiste ».

alhzeier felines 014.JPG

 Toutes les deux ont eu le sentiment d'abandonner leurs êtres chers, mais la culpabilité, même si elle devient plus supportable, reste dans leur cœur, puis petit à petit c'est un travail sur elle-même pour l'acceptation de la personne actuelle et non celle d'avant. Cette meilleure compréhension a favorisé leur relation avec les malades.

Puis ce fut la discussion - débat avec le docteur Taillandier qui a souligné que cette maladie  qui provoque des troubles du comportement, la mémoire des choses de la vie, les réactions comportementales  de la personne atteinte, ou encore les comportements inappropriés des proches aidants familiaux ou des aidants professionnel. C'est  dit-elle «  tout l'intérêt de la bonne adaptation comportementale face à ces malades, c'est le but de l'association Alhzeimer, un autre regard ».

alhzeier felines 001.JPGDeux autres rencontres auront lieu à Caunes, salle du conseil municipal  de la mairie le 11 février 2013 à 11 h pour une conférence de presse, la seconde est fixée au 21 février , toujours dans la même salle à 18 h.
 

Les commentaires sont fermés.