10.11.2010

Louis, Auguste, Léon Guiraud un "Poilu" mort pour la patrie en 1914

P1030901louis guiraud portrait a donner article.JPGLe monuments aux morts érigé place du Souvenir Français porte sur des plaques de marbre blanc les noms des enfants de Caunes morts au cours de la Première Guerre mondiale.

Pour mettre un visage sur ces noms voici celle de Louis, Auguste, Léon Guiraud, né à Caunes le 22 février 1885 qui fut mobilisé au 280e régiment d’infanterie sous le matricule 018652 classe 1905 et 324 au recrutement de Narbonne.

P1030902louis guiraud mort pour la patrie portrait.JPGLouis était alors âgé de 29 ans et tout nouveau papa, son fils avait juste deux mois lorsqu’il partit au front se battre et pour mourir à l’hôpital temporaire de Calais le 24 octobre 1914.

Louis Guiraud avait la noble profession de viticulteur il était marié à Louise, nom de jeune fille Muret. Durant 5 ans Louise éleva son petit Louis puis quitta cette terre laissant ce tout jeune Caunois orphelin, c’est son oncle qui lui offrit son toit et son amour.

Aujourd’hui sa petite-fille Louise Guiraud épouse Wotan conserve avec respect la photo de ce grand-père trop tôt disparu. La maison familiale construite en 1809 reste un havre du souvenir où l’album de photos de cette famille raconte les grands moments de leur vie.

Lors de la commémoration de l’Armistice ce n’est plus un nom sans visage qui sera lu mais par le biais de la photographie c’est un homme aux côtés de tant d’autres qui va ressurgir de l’anonymat.

P1030903louise guiraud epouse wotan avec l'album de la famille on voit le portrait de son grand père.JPGPour tous les combattants morts aux champs d’honneur le 11 novembre était le signal de vie, de revivre croyaient-‘ils pour revoir leur famille. Les évènements ne sont pas toujours conformes aux désirs de paix des hommes, mais cette cérémonie remet dans l’actualité ce désir de paix, de solidarité, de fraternité pour lesquels « les poilus de la Der des Ders » sont partis loin de chez eux, la fleur au fusil, par un beau soleil, pour toujours.

07:50 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.