05.09.2010

Le compte n'y est pas

P1030555nicolas vendages 2010 blanc machine a vendanger.JPGLE PRESIDENT DES JEUNES AGRICULTEURS DE L’AUDE NICOLAS ASSEMAT COMMUNIQUE AU SUJET DES VENDANGES 2010

Les vendanges ont démarré dans une grande partie de l’Aude. Le début de la récolte des blanc primeurs laisse apparaître une vendange petite, voir très petite, qui devrait se confirmer sur les rouges dans quelques jours.

 Déjà le printemps 2010 sur le plan prévisionnel les syndicats agricoles annonçaient une sortie »petite » selon les secteurs en moyenne de rendement. Le manque d’eau en période estivale a largement contribué à une petite perspective de récolte en quantité. Ce qui ne va améliorer les trésoreries des Jeunes Agriculteurs et de l’ensemble de la viticulture, déjà mise à mal les années précédentes, et d’autre par la crise profonde que traverse la viticulture méridionale.

 Le président Nicolas Assémat se pose la question suivante : « comment les services de France –Agri-Mer ont ils pu annoncer une prévision de récolte plus grosse qu’elle ne l’est sur le terrain ? ces techniciens devraient se rendre sur le terrain pour examiner l’exacte situation ».

 Pour la troisième année consécutive , l’Aude et la région Languedoc Roussillon devraient affiche historiquement sa plus faible récolte . Il n’est pas possible d’arracher dans cette région environ 10 000 hectares annuellement, avoir des étés caniculaires, des cessations d’activités , des abandons de vigne et pouvoir imaginer avoir des belles récoltes abondantes.

 Malgré tout, la vendage 2010 si elle se présente « petite » est de bonne qualité notamment grâce à la Tramontane qui a joué son rôle « d’assécher »

 Le président continue par un appel à l’ensemble de la profession en discussion avec le Syndicat des Vignerons pour qu’ils ne vendent pas de vin de « table » en dessous de 50€ l’hecto .A ce jour les caves viticoles audoises sont vides , ce qui laisse une porte ouverte aux négociants qui veulent ainsi profiter de cette opportunité. Toute la profession se doit de maintenir un prix de vente correct pour la totalité des viticulteurs. Il en va de même pour les produits comme les « vins Pays d’Oc »et les vins d’appelation , il est temps d’avoir des prix qui couvrent les coûts d’exploitation et qui rémunèrent le dur labeur des exploitants.

P1030544transvasement machine à benne vigne assémat blanc.JPG Un point très important celui de la surveillance : les jeunes agriculteurs sont fortement sur leur garde quant au contrat d’achat de raisins proposé à ce jour par les négociants , ces prix peuvent paraître très tentant , alléchant aujourd’hui , ce qui marque l’évolution du marché du fruits sur pied mais qui a court terme ou moyen terme pourrait être suivie d’une terrible déconvenue, la trésorerie du viticulteur risque d’être encore plus fragilisée

 Après ce constat qui exprime la crainte des Jeunes Agriculteur le président souhaite à tous des bonnes vendanges

 L’activité syndicale continuera après les vendanges pour un bilan plus concret car les J A ne baisseront pas les bras

11:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.