28.02.2010

Marcel Pech un passionné de maquettes

P1010402.JPGMarcel Pech a pris sa retraite en 2001, artisan électricien, marié avec Josette, papa d’Hélène et de Cécile, grand-père de Roxane et de Lisa, Marcel a tout son bonheur auprès de lui.

Mais retraite ne veut pas dire sans vœux à réaliser, Marcel n’a pas perdu son énergie, il s’est mis à faire des maquettes dans son atelier. L’oisiveté n’est pas dans son caractère , aussi le voici maintenant « un bâtisseur » à échelle réduite de l’abbaye de Caunes et du pont du Gard.

Cette passion pour les monuments vient de son amour pour l’art romain. Pour refaire à l’échelle au centième cet ouvrage qui enjambe le Gardon, Marcel a durant 6 mois refait ce travail de « romain ». Après avoir récupéré les plans, les avoir bien examinés, Marcel s’est lancé dans cette belle aventure soutenu moralement par sa famille et ses amis. Pour bâtir son pont la poutre servant de support lui a été fournie par maître Abet, ainsi la maquette pouvait débuter, cette dernière terminée mesure 2 mètres de long sur 52 centimètres de hauteur, chaque pierre a un angle bien précis, les deux voûtes du centre de l’édifice, surmontant la rivière sont plus importantes que les autres, en réalité elles mesurent 25 mètres de large et 20 mètres de haut.

Pour la concrétisation de ces deux arches les voici de 25 centimètres de large et 20 centimètres de hauteur. Les petites arcades placées au-dessus, celles qui accueillent l’aqueduc sont en complète harmonie avec cet ensemble où les pierres sont authentiques, leur assemblage a été fait avec de la colle pour carrelage de couleur pierre, l’appareillage de toutes les pièces a été réalisé « à sec ».

Les arches secondaires ont pour mission d’écouler les eaux en période de crue. Dans la réalité, cette œuvre colossale adossée à la montagne qui a franchi allègrement les siècles est le témoignage du savoir faire des Romains qui ont pu grâce à cette construction apporter l’eau potable jusqu’à Nîmes.

Pour conserver la qualité de l’eau, l’aqueduc est couvert. Marcel a reproduit à l‘identique ce pont du Gard qui le fascinait tant.

P1010407.JPG Mais avant de tenter sa grande aventure « romaine », Marcel a réalisé également l’abbaye de Caunes.

L’exactitude des détails allant des vitraux, aux ogives, aux décors du portail, des chapiteaux, des tours clochers avec les cloches, le sol carrelé, tout est là, y compris l’éclairage. Voici deux chefs-d’œuvre qui ne déplairait certainement pas aux Compagnons du Devoir d’autant que les pierres utilisées pour le pont lui ont été offertes par Stéphane un Compagnon du Devoir.

Marcel est devenu le symbole d’un retraité heureux qui a réussi son défi, après une vie de labeur, avoir été l’un des premiers soldat du feu au centre de secours du village, Marcel continue d’être un Caunois plein d’entrain.

13:11 Publié dans portrait | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Loto de la pêche

Dimanche 21 février a eu lieu au foyer municipal le loto annuel de la société de pêche caunoise. Les personnes présentes ont vibré au rythme des cliquettis des numéros et certains ont paticulièrement tiré leur épingle du jeu, comme Floriant Servoles, gagnant d'une quine et d'un lot de tombola, ou bien Henri Comte qui a gagné un jambon et la superbe corbeille surprise lors du dernier carton plein.

Le bureau de la société remercie tous les participants ainsi que les généreux donataires de la tombola, et va préparer dès maintenant une journée de pêche destinée aux enfants, le samedi 1er mai 2010.

Nous rappelons à tous nos amis pêcheurs que l'ouverture de la pêche à la truite aura lieu le samedi 13 mars et qu 'un repas est organisé à cette occasion. Les renseignements sont à prendre auprès de Philippe Fougères, président de la société , tel: 04 68 78 94 23. 

Nous insistons sur le permis de pêche 2010 qui est en vente uniquement sur internet. N'attendez pas le dernier moment pour l'acquerir. C'est l'APPMA Union des Pêcheurs de l'Aude, Trèbes, qui est notre structure halieutique de rattachement. Ne vous trompez pas lors de la sélection sur votre ordinateur. Encore merci à toutes et à tous, et bonne saison 2010.

12:50 Publié dans associations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

27.02.2010

Henri Bonet un fan de Mandela et de xv

P1010410 henri bonet fevrier 2010.JPGA los Ainats Henri Bonet est le sportif le plus "capé" , dans sa jeunesse il a été durant 14 ans un rugbyman à Laure et à Rieux

Ce passionné de sport est aussi un humaniste convaincu. Henri a demandé à ses deux copains sportifs Vincent Campos, ancien rugbyman, et Jean-Yves Dulac, ancien footballeur à Gueret, maintenant supporter du Racing narbonnais, de le conduire au cinéma pour voir le fim Invictus qui allie la vie extraordinaire d'un homme et le sport national le rugby. 

Le fim raconte qu'en 1994 pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Nelson Mandela mise sur le sport. Invictus veut dire invincible. Mandela est resté pour ses convictions 27 ans en prison, mais il a compris que pour cohabiter, unifier la nation, un des pôles pour la souder était le sport, et le rugby en particulier.

Un pari gagné puisque l'apartheid a cédé et les joueurs de rugby de l'Afrique du Sud sont devenus une fierté nationale. Le sport a réalisé l'union, il a été le cataliseur de tout un peuple.

Il a réuni sous sa bannière toutes les populations

Henri malgré ses 88 ans a gardé une fougue de jeune homme. Depuis cette sortie qui selon Henri a été formidable, il envisage une autre sortie pour Perpignan pour être dans le stade pour voir un match de rugby « comme au bon vieux temps » où lui-même était sur le terrain.

Dans sa chambre s'étalent sur les murs les photos des équipes avec lesquelles il a joué ou qu'il a dirigées.

Henri Bonet est « l’Albaladéjo » de Los Ainats.

16:49 Publié dans portrait | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

26.02.2010

Randonnée pédestre

Rando_008[1]21 fevrier 2010.jpgCe fut une belle matinée, dimanche dernier, pour les 31 randonneurs en balade avec Sentiers Environnement de l’Argent-Double.

Stationnés entre Félines et l’Abeuradou, ils ont effectué une boucle qui les a conduits, après descente et remontée assez raide, vers Ventajou et Bel Soleil. Ils ont pu admirer de là-haut un magnifique panorama et ont apprécié les bâtisses restaurées. Puis ce fut la descente jusqu’au hameau de l’Abeuradou et le retour vers les voitures.

Avant de partager l’apéritif, les marcheurs sont allés admirer, depuis les rocs de Cayrols, une belle vue sur Camplong, les collines et la vallée de l’Ognon

Prochaine sortie : le dimanche 7 mars. Départ à 8h dans la cour de la gare de Caunes. Retour vers midi.

13:53 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

24.02.2010

Handball : les nouvelles brèves

Handloisirfilles[1].jpgPendant les vacances de février, les activités du Minervois Handball Club se sont considérablement réduites. Seuls les entraînements des catégories seniors sont maintenus. Par contre, les deux formations loisirs profitent des créneaux de salle disponible pour disputer les rencontres du championnat loisir.

Dernièrement, à la salle polyvalente de Villeneuve-Minervois, le calendrier des matchs proposait un match opposant Minervois 1 à Minervois 2. Cette partie entre représentants du même club était un franc succès, le public ayant répondu très nombreux. La formation Minervois 1 entraînée par Cédric Rio et Cédric Armengaud est composée uniquement par des seniors filles. Ces dernières évoluaient la saison dernière en championnat départemental. Faute d'effectif suffisant, les féminines du Minervois se sont engagées en compétition loisir. Elles prennent plaisir à évoluer sur les parquets tous les quinze jours et enregistrent des progrès considérables. On retrouve Harriett Mugford, Tiphanie Errecalt, Léa Bayssière, Morgane Lozano, Pascale Reverdy, Joannie Faugère, Amandine Saury, Mathilde Delquié, Loriane Ghisi, Christelle Audry, Laetitia Rigon… Face à elles, Minervois 2, avec dans ses rangs des anciens éléments du club, des joueurs provenant d'autres disciplines sportives, de jeunes découvrant la discipline. Cette partie s'avérait être une grande fête du club avec de belles phases de jeu de part et d'autres, beaucoup d'engagement.

Au final comme pour toutes les parties loisir pas de score, seul le plaisir d'avoir pratiquer leur discipline favorite pendant une heure. A l'issue de cette affiche, tous les protagonistes se retrouvaient autour d'un délicieux repas. La bonne humeur et la joie étaient de la partie.

Pour toutes les personnes intéressées de pratiquer du handball en loisir, vous pouvez venir essayer les mardis de 19h à 21h à la salle polyvalente de Villeneuve Minervois. Il faut savoir que le hand loisir fait des émules dans le Minervois puisque à ce jour ce sont près de 40 éléments qui se retrouvent hebdomadairement pour les séances d'entraînement.

10:14 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

23.02.2010

Les soirées whisky à la Marbrerie continuent

P1010398christine et robert peccolo la marbrerie.JPGLa seconde soirée dégustation whisky –repas sera placée sous le signe de la cuisine écossaise, organisée par Robert et Christine Peccolo est prévue pour le vendredi 05 mars 2010.

Au menu assiette nordique, le traditionnel haggis écossais, accompagné d’une purée de pommes de terre et de navets, un crumble écossais en dessert. La dégustation est pour tout public le prix de ce repas dégustation est de 30€, renseignements et réservations à la Marbrerie au 04 68 79 28 74 ou par mail : robertpeccolo@wanaddoo.

Histoire du haggis. Par sa conception le haggis est proche des familles culinaires des saucisses. La première trace écrite d’un plat proche du haggis remonte à Homère qui dans son récit de l’Odyssée relate « tel un homme qui sur le feu ardent tourne en tout sens un ventre bien rempli de graisse et de sang, qu’il a hâte de voir grillé ». De plus l’historienne culinaire Clarissa Dickson–Wright parle de cette recette qui serait inventée par les chasseurs afin de cuisiner rapidement sans avoir besoin de récipient.

Une autre théorie est aussi peut être plus proche de la réalité : les hommes qui devaient conduire leurs bêtes jusqu’à Edimbourg pour la vente, leurs femmes préparaient des rations de voyage, la préparation achevée elle l’emballait dans un estomac de brebis. Le haggis fut aussi très populaire au XVIIIe siècle dans la cuisine anglaise.

Il existe de nombreuse recettes mais en général il se compose d’abats de mouton, d’oignon, d’avoine, de saindoux, d’épices et de sel. Des variantes sont apparues le porc, le bœuf plus ou moins épicés, mais il existe aussi un haggis végétarien où avoine, blé et des lentilles remplacent les viandes. Depuis la cuisine écossaise s’est adaptée aux goûts des consommateurs actuels, ils seront certainement séduits par ce plat venu des fonds des âges qui est maintenant un véritable monument culinaire européen.

Selon les connaisseurs : « Il n’y a rien de meilleur que l’authentique haggis écossais, servi avec sa purée de pommes de terre et de navets, ils vous invitent à tenter l’aventure et vous serez agréablement surpris. »

22.02.2010

Joseph et Louise unis depuis 78 ans

Actuellement à Los Ainats un couple retient l’attention, Joseph et Louise Greffier ont fêté leur 78e anniversaire de mariage.

Tous les deux sont natifs de Cabrespine, Joseph est né le 10 mai 1909, il a aujourd’hui 100 ans et 10 mois, son épouse Louise est née en 1912, 98 printemps avec une excellente mémoire. Joseph et Louise ont convolé, toujours à Cabrespine, en 1932, lui avait 23 ans et Louise tout juste 20 ans. De cette union sont nés deux enfants Ginette, 75 ans et Jules, 67 ans. Joseph vigneron et Louise l’épicière du village ont connu la Seconde Guerre mondiale et vécu cette période de leur vie dans la crainte comme tous les habitants.

A la question quel est votre meilleur souvenirLouise répond avec enthousiasme : «  Le jour de l’anniversaire de Joseph c’était ses 100 ans. Notre fille Ginette avait « en douce » organisé avec les villageois l’anniversaire auquel était invité famille, amis, et tous les Cabrespinois. C'est en grande pompe que nous avons été reçu par le maire et ses conseillers. C’était merveilleux, c’était extraordinaire. » Joseph et Louise à l’évocation de cette journée sont encore émus.

 Quel a été votre pire moment ?

« Lors de l’incendie de notre maison, ce fut affreux de voir partir en fumée une partie de notre vie, mais nous sommes en vie grâce au courage des pompiers, et nos enfants pour nous protéger nous ont conduit à Los Ainats pour la durée des réparations de notre maison. »

Quand « remontez vous » à Cabrespine ?

« Lundi prochain, nous attendons avec un peu de crainte, mais là haut nous attend Geneviève qui depuis 12 ans est auprès de nous, c’est une seconde fille pour nous deux, alors tout ira bien. Ginette et Jules sont aussi deux sentinelles de notre confort , ils s’occupent bien de nous. »

A l’approche de ce départ, Joseph, malgré sa fatigue , tient à dire : « A los Ainats nous avons été bien nourris, bien entourés, bien soignés, surtout Louise qui aime les petits desserts sucrés, moi j’aime tout mais le chocolat garde mes préférences. Notre séjour environ 3 semaines, bien que court nous en garderons un bon souvenir. »

Entre ces deux là, l’âge n’a pas éteint cette belle flamme de l’amour, c’est un bel exemple de mariage parfaitement réussi. A la maison de retraite ils seront regrettés par l’ensemble des personnels et des résidants. Nul doute tous penseront à Joseph qui fêtera ses 101 ans dans quelques semaines, alors en avant première « Joyeux anniversaire Joseph ! »

19:48 Publié dans mariage | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |