28.02.2010

Marcel Pech un passionné de maquettes

P1010402.JPGMarcel Pech a pris sa retraite en 2001, artisan électricien, marié avec Josette, papa d’Hélène et de Cécile, grand-père de Roxane et de Lisa, Marcel a tout son bonheur auprès de lui.

Mais retraite ne veut pas dire sans vœux à réaliser, Marcel n’a pas perdu son énergie, il s’est mis à faire des maquettes dans son atelier. L’oisiveté n’est pas dans son caractère , aussi le voici maintenant « un bâtisseur » à échelle réduite de l’abbaye de Caunes et du pont du Gard.

Cette passion pour les monuments vient de son amour pour l’art romain. Pour refaire à l’échelle au centième cet ouvrage qui enjambe le Gardon, Marcel a durant 6 mois refait ce travail de « romain ». Après avoir récupéré les plans, les avoir bien examinés, Marcel s’est lancé dans cette belle aventure soutenu moralement par sa famille et ses amis. Pour bâtir son pont la poutre servant de support lui a été fournie par maître Abet, ainsi la maquette pouvait débuter, cette dernière terminée mesure 2 mètres de long sur 52 centimètres de hauteur, chaque pierre a un angle bien précis, les deux voûtes du centre de l’édifice, surmontant la rivière sont plus importantes que les autres, en réalité elles mesurent 25 mètres de large et 20 mètres de haut.

Pour la concrétisation de ces deux arches les voici de 25 centimètres de large et 20 centimètres de hauteur. Les petites arcades placées au-dessus, celles qui accueillent l’aqueduc sont en complète harmonie avec cet ensemble où les pierres sont authentiques, leur assemblage a été fait avec de la colle pour carrelage de couleur pierre, l’appareillage de toutes les pièces a été réalisé « à sec ».

Les arches secondaires ont pour mission d’écouler les eaux en période de crue. Dans la réalité, cette œuvre colossale adossée à la montagne qui a franchi allègrement les siècles est le témoignage du savoir faire des Romains qui ont pu grâce à cette construction apporter l’eau potable jusqu’à Nîmes.

Pour conserver la qualité de l’eau, l’aqueduc est couvert. Marcel a reproduit à l‘identique ce pont du Gard qui le fascinait tant.

P1010407.JPG Mais avant de tenter sa grande aventure « romaine », Marcel a réalisé également l’abbaye de Caunes.

L’exactitude des détails allant des vitraux, aux ogives, aux décors du portail, des chapiteaux, des tours clochers avec les cloches, le sol carrelé, tout est là, y compris l’éclairage. Voici deux chefs-d’œuvre qui ne déplairait certainement pas aux Compagnons du Devoir d’autant que les pierres utilisées pour le pont lui ont été offertes par Stéphane un Compagnon du Devoir.

Marcel est devenu le symbole d’un retraité heureux qui a réussi son défi, après une vie de labeur, avoir été l’un des premiers soldat du feu au centre de secours du village, Marcel continue d’être un Caunois plein d’entrain.

13:11 Publié dans portrait | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.